Un pont peut en cacher un autre

Cliquez pour agrandir les images

Le pont de l’Ascension est le moment choisi par le commandant d’unité de la 6ème cie pour réaliser une instruction sur le Matériel Léger de Franchissement (M.L.F.).
Le groupe ou la section de MLF permet aux formations de combat du génie, lors d'opérations comportant la traversée de cours d'eau, soit d'aider au franchissement autonome des unités toutes armes, soit d'assurer leur propre franchissement par moyens discontinus ou continus. Le MLF est aussi utilisé en tant que matériel d’appoint d’aide à la population.

Le jeudi, aux Matelots, a été consacré au montage à « blanc » d’une portière 2/2, c'est-à-dire 4 bateaux, 2 paires de chemin de roulement, 2 paires de rampes avec articulations et les guides roues.
Samedi départ en précurseurs du CDU avec les véhicules transportant le matériel de franchissement pour rejoindre la zone de navigation sur la Seine située à Samoreau, en Seine et Marne, proche de Fontainebleau.



Les autres véhicules de transport embarque à 7h45 pour une bonne heure de route, plus rapide que la rame précédente.
Arrivé sur site les remorques transportant les bateaux sont dételées et positionnées à proximité de la berge, les KT transportant les chemins de roulement et autres matériels sont également positionnés proche de la zone de montage afin que le transport à bras d’hommes se fasse sur une distance la plus courte possible.
En milieu de matinée les magasins sont constitués pour que le montage puisse s’effectuer dans dans les meilleures  conditions possible. Une fois cette phase terminée le commandant d’unité prend la parole pour donner les consignes et le programme. L’adjudant d’unité intervient ensuite pour donner les caractéristiques des flotteurs 6 hommes, flotteurs sur lesquels les sapeurs assureront la sécurité lors de la navigation.
Après un bon repas sur l’herbe avec au menu ration de combat le montage de la portière peut enfin commencer et les 2 premiers bateaux sont mis à l’eau. Long de 4,90 m et 1,95 m de largeur chaque bateau pése 240 kg et nécessite 8 hommes pour le transport. Une fois mis à l’eau les 2 bateaux sont accouplés et maintenus par des tringles et  les raidisseurs de plat-bord, d’une longueur de 3,60 et d’un poid de 26 kg.


Le premier élément, amarré à un piquet US sur la berge, l’équipe chargé des éléments de travures dispose les 4 éléments de roulement sous lesquels viendra se positionner le second bateau. Les éléments de travure sont ensuite positionnés sur les butés de verrouillage situées sur les raidisseurs de plat-bord.
Les éléments d’articulation, pesant 160 kg chacun et transporté par 4 hommes, viennent ensuite se brocher sur les chemin de roulement suivi par les rampes d’accès et le bec d’extrémité. Cette phase terminée un quart de tour est effectué afin de pouvoir fixer les 2 moteurs hors bord de 40 chevaux sur les cales pentées situées à l’arrière des 2 éléments flottants. La dernière phase consiste à réaliser un nouveau quart de tour à la portière afin d’y monter la deuxième rampe d’accès puis vient l’installation des platelages centraux et des guide-roues.




Le moment le plus attendu arrive enfin et l’embarquement des personnels commence avec dans chaque bateau : le propulsiste et son aide propulsiste, l’homme gaffe et les hommes amarres.  Celle-ci larguées le chef de portière donne, aux gestes, ses ordres. Sous une gerbe d’écume la portière s’élance vers l’autre berge.
Durant 2 jours les sapeurs de la 6ème cie auront pu, et sous un temps clément pour ne rien gâcher, se familiariser avec les propulseurs, les cadres quand à eux auront appris à diriger une portière.


Ca y est....à nous regarder, des vocations sont nées et lancées....